9.9.17

PAR SA DOMESTICITÉ AU PROCESSUS ONUSION, LE POLISARIO À PALESTINISÉ LA CAUSE DU PEUPLE SAHRAOUI!

 par Maître Takioullah Eidda

Au 26ième anniversaire du cessez- le -feu, sensé permettre l'organisation d'un référendum d'autodétermination, force est de constater que la question du Sahara Occidental n'a pas avancé d'un iota. Or, de fait, ce qui n'avance pas recule et le conflit, à l'instar de celui de la Palestine, est en état de blocage hermétique sur tous les plans.

D'abord, la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO) n'existe que par le nom: son personnel civil fut expulsé par le Maroc le 20 mars 2016 et celui-ci persiste dans son refus du retour des membres expulsés, et ce, malgré la résolution 2285 votée en avril 2016 par le Conseil de sécurité. Seulement 25 éléments sur 83 auraient semble t-il regagné leurs postes à Laayoun.

Ensuite, le Maroc a catégoriquement refusé de recevoir l'envoyé spécial du SG de l'ONU, Mr Christopher ROSS, dans le cadre de sa mission de rapprochement entre les parties au conflit.

Il est allé même plus loin, en récusant Mr ROSS et en lui a interdisant de se rendre dans les territoires occupés du Sahara Occidental, attitude méprisante qui a forcé l’émissaire à jeter son tablier, dans une quasi indifférence de tout en chacun.

Puis, après quelques brouhahas et d'excellentes prestations sur la scène du théâtre d'EL'GUERGARET, le Polisario a rapidement plié bagages devant la promesse de l'ONU de nommer un tout nouveau envoyé spécial et de relacer les pourparlers. Peine perdue!

Oui, l'ex-Président allemand a été nommé à la place de ROSS, après plusieurs manœuvres dilatoires de la part du Maroc, mais au final, il ne fut «envoyé» que chez-lui jusqu'à nouvel ordre, lequel n'est certainement pas pour demain! Même pas un « Salamou Aleikoum », ni prise se contact. Rien ! Absolument rien !

Pendant ce temps, un exode sans précédent des jeunes sahraouis, refusant l'état de désœuvrement dans lequel le Polisario les a placé dans les camps de réfugiés en Algérie.

Si bien que plusieurs aéroports et camps de détentions préventifs en Europe sont devenus les points de chute de ces misérables laissés pour compte.

À qui peut-on imputer la responsabilité de ce drame sans fin? À l'ONU? Au Maroc? À la France? À l'Algérie? Pour le Polisario c'est la faute collective de tous ces acteurs et singulièrement de chacun d'eux!

Mais, objectivement et nationalement parlant, c'est le leadership du F.Polisario qui est le seul et unique responsable, devant le peuple sahraoui et devant l'Histoire, de ce «cul-de-sac»!

Car, c'est à lui, et seulement à lui, que revient la responsabilité des conséquences liées à ses choix désastreux, lesquels ont amené le peuple sahraoui à cet impasse, lequel est devenu, jour après jour, quasi-infranchissable.

 Maître Takioullah Eidda,
 avocat Montréal, Canada
09.09.17
eidda.avocat[at]eidda.ca

-------------- Ce texte exprime l'opinion de l'auteur et n'engage pas les modérateurs du forum.
Share/Bookmark

3 comentarios:

saharauis ghadibun dijo...

wellahi ella ahhhhhhh, ce n'est que la vérité , mais......La Ilaha Illa LLAH, انا لله و انا اليه راجعون

Rabouni lehmada dijo...

Bonjour a tous notre cause est incomparable avec les palestiniens ni avec les mauritaniens que tu as trouve comme bon refuge monsieur maitre avocat chauffeur taguillah

Achleychil Sid Ahmed dijo...

La situation actuelle des refugiés sahraouis dans les camps du sud algérien, est une situation déplorable, catastrophique et funeste. Elle n’est comparable à nul contexte connu des refugiés dans le monde. Les refugiés sahraouis n’ont aucun statut particulier permettant une libre circulation, l’enseignement ni la santé en dehors du pays d’accueil.
Les refugiés sahraouis vivent dans des conditions infernales dans l’oubli total de la communauté internationale, Me Takioula Eida est à son honneur de se soucier du sort de ses compatriotes, il n’est pas de la trempe de ceux qui fuient en laissant femmes, enfants, armes et bagages .