9.2.16

IL EST TEMPS POUR LE FRONT POLISARIO DE PRENDRE SES RESPONSABILITÉS

 par Maître Takioullah Eidda

La presse sahraouie n’en démord pas ces jours-ci à l’égard de la Mauritanie et sa tolérance zéro, avec la vague d’arrestations dans la zone d’exclusion au Nord du pays. Oui, c’est vrai, la Mauritanie applique une tolérance zéro quant il s’agit de protéger son territoire national. Mais il faut aussi crever l’abcès et dire clairement que le F.Polisario a échoué d’assoir sa force et son autorité en «temps de paix»!

Après que le Maroc ait manifestement réussi dans la consolidation de son mur de défense, en maintenant les restes des forces du F.Polisario à l’écart depuis 25 ans, dépouillés de toute initiative militaire sur le terrain, la jeunesse sahraouie se trouve désormais désœuvrée, délaissée, désorientée, perdue et sans aucune perspective dans les camps de réfugiés de Tindouf, à la recherche d’une quelconque voie de salut peu importe laquelle. Le trafique de tout genre est devenu une activité comme une autre.

Mais tous les pays de la sous région, particulièrement la Mauritanie, se mobilisent et se dressent devant toute tentative de faire de ce trafique une plate forme visant à les déstabiliser. Rien que la semaine dernière, la Mauritanie a payé le prix cher de sa position inébranlable à cet égard, avec la mort au champ d’honneur du soldat Abderahman Ould Sidi.

À cette occasion, les forces militaires et de sécurité du pays ont alors intercepté des dizaines de véhicules 4X4 dans la zone d’exclusion, ayant pénétrées sans permission et sans que les autorités sahraouies n’aient cherché à les empêcher.

Évidemment, parmi les interceptés se trouvaient plusieurs trafiquants de drogue notoires, armés et dangereux, mais aussi certains qui se prétendent de pauvres nomades et innocents! Mais que faire dans les circonstances autrement que de les conduire, à la queue leu-leu, jusqu’à la ville de Zouerate, enquêter leurs cas, et leur imposer les sanctions prévue par la loi. Alors, il est temps pour nos frères sahraouis de prendre leurs responsabilités et leur courage à deux mains et d’arrêter de faire semblant. Car, avec leur passivité, ils participent indirectement à aider les ennemis du peuple sahraoui à l’éparpiller, à le décrédibiliser, à disloquer son tissu social, à diluer son identité et, enfin de compte, à basculer son avenir et son futur, à savoir sa cause et sa jeunesse, dans la criminalité, le radicalisme et l’obscurantisme.

Oui, nous sommes tous solidaires du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et le libre choix sur son avenir, mais pas au point que ce droit devient prétexte à couvrir des activités dangereuses pour nous tous.

Maître Takioullah Eidda, avocat
Montréal, Canada
quebec171[at]gmail.com
09.02.16

--------------  Ce texte exprime l'opinion de l'auteur et n'engage pas les modérateurs du forum.
Share/Bookmark