7.11.16

À PROPOS DE LA PROCHAINE CONFERENCE DES RELATIONS EXTERIEURES

par DIH MOKHTAR DAF

J`ai appris par le biais d'un ami que la prochaine conférence des relations extérieures tiendra ses assises les quatre derniers jours de décembre au siège du Ministère des Affaires Etrangères de la RASD. N´étant pas convié à  participer à cette Conférence, je n´y serai sans doute pas, pour la simple raison que je ne suis ni Ambassadeur, ni Représentant; car victime d´un passé très récent qui m´a fait occuper des fonctions humiliantes durant plusieurs années. Et le comble s´est soldé par une traversée du désert qui ne dit pas son nom et qui n´a  que trop duré. Les causes de cette traine dans la boue ne m´ont jamais étaient élucidées par n'importe quelle autorité, mais elles sont imputables surtout à la situation antérieure qui a failli nous agenouiller devant un ennemi implacable qui cherche inlassablement à nous asséner des coups là où ça fait mal. Et continue à épier inlassablement nos faiblesses  en les exploitant à son profit dans sa lutte pour nous priver de nos droits indéfectibles et inaliénables à la liberté et à l`indépendance. 

Cette Conférence sur laquelle nous portons beaucoup d´espoir pour mettre sur les rails, le train de notre travail diplomatique qui a longtemps souffert d´une prestation médiocre et d´une léthargie - à une exception près - qui risquent d´être endémiques si des mesures ne seront pas prises très rapidement. L´occasion donc, est là, - la Conference- ! Elle se tiendra dans des circonstances très cruciales marquées par de nouveaux changements importants liés de près ou de loin à l avenir de notre lutte nationale telles:
 - le début du mandat du tout nouveau S.G. des N.U. qui connait bien le problème pour avoir occupé des postes liés directement à notre cas et même peut avoir une empreinte dans l´indépendance du Timor Leste dont  la  situation  était  identique à  la  nôtre. Son  pays, le  Portugal  assumait  la  même  responsabilité  que  l´Espagne dans la décolonisation de notre pays. Seulement que le premier s`est repenti en s´alignant sur les thèses de l´indépendance de son ancienne colonie alors que nous courrions toujours après le deuxième pour qu´il le fasse.
L´accord de Madrid, le 14 novembre 1975, par lequel l´Espagne a cédé notre pays à une seconde colonisation féroce et inhumaine, reste et restera une tache sombre et indélébile dans son histoire récente, à moins qu`elle ne revienne sur cet accord en déclarant purement et simplement son annulation. C´est d´ailleurs un point sur lequel nous devrions travailler  avec  toutes les instances et aussi avec celles de la puissance administrante qui reste l´Espagne, au regard du droit international. Il doit être particulièrement en bonne place dans notre prochain plan d´action pour mettre en cause cet accord injustifié et injustifiable en vue de l´invalider.

 - La nouvelle administration américaine qui sera connue les tous prochains jours, sur laquelle parie le Maroc pour  actionner ses lobbies selon que les Démocrates ou les Républicains gagnent les élections et prennent les rênes de cette Administration. Les  Etats-Unis d´Amérique est un pays très influent qui a de larges bras dans la résolution des problèmes de ce monde. Tenant compte de son rôle au CS  pour cela nous devrions  redoubler d´efforts pour y entreprendre un travail intense et profond afin de pencher la balance à notre profit ou au moins garder notre cause présente dans la mémoire et l´ouie de la majorité des Américains.
D`autre part, il y a une proche échéance sur laquelle l´ennemi compte beaucoup, car à son profit quelqu´en soient ses résultats: Les élections françaises, membre permanent du Conseil de sécurité qui a son mot à dire dans la région. Bien sûr, il n´ est un secret  pour personne que ce pays, à peu près toutes tendances confondues, est acquis aux thèses expansionnistes marocaines quel qu´en soit le résultat qui s´en sortira des urnes.
Mais il n´est nullement question de  céder ce terrain á l´ennemi, même s´il nous est défavorable depuis notre invasion par l´armée marocaine et même avant.
Mais avec la volonté et la témérité, nous devons envisager une feuille de route en y renforçant la Représentation pour étendre notre action au moins et  faire entendre notre voix à un niveau officiel. Nous ne devons jamais perdre espoir devant la rigidité de la position de ce pays, soutien inconditionnel du Maroc. Cela nous impose donc, de redoubler d`effort pour obtenir un résultat, minime soit-il.
Notre diaspora, si elle est encadrée politiquement par notre Organisation et mobilisée autour de la cause nationale, peut être un facteur déterminant d`introduction  et jouer un rôle important dans le domaine, surtout au niveau de la société civile française et les ONGs qui s`activent sur le terrain des Droits de l´Homme etc...

- Une autre échéance très importante, à laquelle nous devons mobiliser tous nos moyens et ceux de nos alliés, car l´ennemi pèse de tout son poids et celui de ses amis pour pencher la balance en sa faveur afin que les pays africains élisent un (e) candidat(e) qui lui est favorable. Il s`agit de l`élection de la  Présidence de la Commission de l´Union Africaine au prochain Sommet à Addis.
Le Maroc fait de son retour à l´Union Africaine, un enjeux pour lequel il investit tous ses moyens et tous ses efforts, pour cela nous devrions être capables de déceler ses intentions, sûrement malsaines et agir efficacement afin qu´il ne nous fasse des surprises malheureuses. Nous devons savoir prévenir  et agir en conséquence. Donc, une stratégie diplomatique basée savamment sur le bilatéralisme et le multilatéralisme ( relation avec l´U.A ) s´impose dans ce moment crucial marqué par une offensive tout azimut de l`ennemi et ses alliés dans le continent, le Sénégal en tête de peloton.

Vus tous ces points précités d´autres encore auxquels il faut sérieusement en tenir compte dans notre prochain plan d`action, il y a et surtout nos faiblesses intérieures qu`il faut revoir avec une autocritique objective pour y trouver des solutions adéquates et définitives en déclenchant immédiatement le processus nécessaire à leur application.
Parmi ces faiblesses qui doivent être revues, il y a la situation de notre Administration Centrale qui a longtemps souffert d`une gestion aléatoire et expéditive et fonctionne selon le tempérament des personnes en charges, sachant qu´ils ne seront pas dérangées tant qu´ils ne touchent aux  '' barons´´ ou à leurs protégés. Il y a des signaux ,fort heureusement, qui parviennent de la nouvelle Direction, affichant une volonté de passer une éponge sur toutes les pratiques du passé. Nous nous en réjouissons profondément !
Un chamboulement de fond en comble de cette Administration s´impose impérativement et efficacement en  la dotant d`un mécanisme soumis à une règlementation appropriée qui la rend au service de l`intérêt général, loin de toute autre considération pouvant entacher nos principes.

Un autre point qui nous fait défaut et qui mérite d´être vu, est celui de l´alternance des Diplomates et de tous les militants de notre Organisation politique. C`est un processus nécessaire pour régénérer les idées et aussi et surtout pour éviter que des personnes ne "s´approprient" les Institutions construites par la sueur des Sahraouis et le sang de leurs martyrs. Nous savons tous que nous avions frôlé ces illusions !.
Elle (l`alternance) doit être systématisée et régulée dans toutes les sphères de l`Etat et particulièrement dans les fonctions qui ont rapport avec l`extérieur, mais loin des anciennes pratiques (clientélisme, népotisme et tous les autres maux sociaux ).
Au Ministère des Affaires Etrangères, la rotation du personnel doit s`effectuer entre les Missions Diplomatiques, les Représentations,l´Administration Centrale et la formation dans des écoles nationales créées pour ce but ou dans des écoles de pays amis pour doter nos Diplomates de connaissances dans le domaine des relations internationales et apprendre aux plus jeunes à parler des langues étrangères ( l´anglais, l´espagnol et le Français ).
La restructuration de notre Ministère requiert impérativement une réorganisation pour se munir de tous les outils efficaces pour affronter  les prochaines étapes qui s´avèrent rudes  et  difficiles, vue l`intransigeance  de  l´ennemi dans sa fuite en avant.
Dans ce cadre, une attention particulière doit être prêtée à la formation de nos jeunes universitaires pour les engager dans le domaine de la mobilisation intérieure ou extérieure, soit-elle !. pour garantir la succession des génération en les préparant aux prochains défis. Car le combat est rude et de longue haleine

Si nous travaillerons sur la correction des erreurs du passé en régulant les domaines suivants: une administration centrale efficiente construite sur des bases saines et solides, un service de gestion de ressources humaines -  les affectations, les nominations, les promotions, la rotation, etc.. .-  qui se penche et suit ce domaine avec beaucoup d`efficacité et de rigueur, loin de tout calcul étroit, nous pouvons, alors se laisser croire que la prochaine Conférence serait la dernière ligne droite vers l´accomplissement d´un labeur sérieux et fructueux qui  donnera inéluctablement des résultats positifs qui boosteront notre travail extérieur.

Par cette occasion que nous offre la Conférence des Relations Extérieures, nous devrions alors évaluer notre passé et entamer immédiatement l´étape post-conférence avec un nouvel élan plus combatif que par le passé pour donner une impulsion à notre travail national et international afin qu´il se développe et aboutisse à un meilleur résultat qui renforce nos acquis et les mettre à l´abri des manoeuvres machiavéliques et malsaines de nos ennemis.

Je ne saurais terminer sans attirer l´attention de notre nouvelle Direction sur le fait que notre jeunesse est une arme à double tranchant. Si elle est bien encadrée et bien orientée, nous pouvons nous assurer d'une succession de génération qui a les mêmes valeurs d'honneur et de sacrifice pour la patrie que celles de nos vaillants combattants et celles de la société sahraouie en général. Donc une génération qui porte dans son coeur  et à bras le corps toutes les préoccupations de notre peuple y compris bien sûr la libération nationale pour laquelle nous vivons et pour laquelle nous mourrions.
Mais, si cette jeunesse est laissée à son sort, elle  pourra se  verser dans la délinquance  et  devenir  le  talon  d'Achille par lequel l´ennemi peut se faire des brèches et nous créer de sérieux problèmes sociaux difficilement cernables.

Nous disons alors,"Wait and see"! En attendant que la Conférence se tienne pour apporter de bonnes solutions à nos problèmes et que la nouvelle Direction prenne conscience de la gravité de la situation.

Remarque :  tous les  points de  vues  convergent  sur le  fait  qu´un travail  est  entrain d´être  entrepris  pour  l'assainissement de nos Institutions et de notre Organisation en général. C'est un signe encourageant !

DIH MOKHTAR DAF
dihdaf@yahoo.fr
07.11.16

-------------- Ce texte exprime l'opinion de l'auteur et n'engage pas les modérateurs du forum.
Share/Bookmark