26.1.13

SAHARA OCCIDENTAL: L'ÉDIFICATION DU MAGHREB ARABE PASSE PAR LE RÈGLEMENT DE CE CONFLIT

par Me Takioullah Eidda

Quelle tristesse d'entendre le Président tunisien, Monsieur Mohamed Moncef Marzouki, un révolutionnaire, combattant de longue haleine pour la liberté de son peuple, dire, en marge de sa visite en Mauritanie, que les droits des peuples ne se valent pas, pour reprendre des termes utilisés ces jours-ci dans l'hexagone. C'est en fait ce que le Président tunisien a déclaré relativement au conflit du Sahara Occidental. Pour lui, ce conflit doit être "mis entre parenthèse" pour construire le Maghreb arabe. Sa proposition consiste à glisser ce problème sous le tapis et passer à la table de la coopération, comme si de rien n'était.
En toute lucidité, aucun dirigeant responsable du Maghreb ne croit qu'une réelle union ne puisse être construite sur des fondements d'argile. Car, le problème du Sahara Occidental est au cœur même du Maghreb et sa condition sine-qua-non. Les pays de cet ensemble doivent lui trouver une solution juste et définitive avant tout autre chose.
Les Nations-Unies ont adopté plusieurs résolutions, demandant aux parties, le Maroc et le F. Polisario, de trouver une solution qui permet au peuple sahraoui d'exercer son droit à l'autodétermination. Je ne les citerais pas ici, tellement elles sont connues de tous. Aussi, l'ensemble de ces résolutions invitent et demandent aux pays de la région du Maghreb d'appuyer les parties et la communauté internationale dans cette démarche de recherche de solution. Les résolutions des Nations-Unies sont claires: il n'est plus question d'indépendance du Sahara Occidental, suivant le désir du F. Polisario, ou d'annexion de celui-ci, suivant la volonté du Maroc, mais plutôt de permettre à la population de ce territoire d'exercer une forme d'autodétermination, qui jouit de l'adhésion des parties belligérantes: le Maroc et le F. Polisario.
C'est donc la créativité, l'imagination et la bonne foi de ces belligérants auxquelles s'en remet la communauté internationale pour mise en œuvre du processus d'autodétermination et, ainsi, répondre aux impératifs de la résolution 1514 de 1960 des Nations-Unies.
Malheureusement, c'est là où le bât blesse. Car, les parties sont tarées d'actions, taries d'idées et, comme si ce n'est pas suffisant, souffrent de cette tare originelle, celle d'être incapables, depuis 1975, d'un côté comme de l'autre, d'imposer unilatéralement une solution au conflit. Et pour cause: l'absence totale de leadership des dirigeants du F. Polisario, n'a d'égale, en fait, que le manque, aussi chronique, de conviction du Maroc dans son plan "d'autonomie" pour le Sahara Occidental.
Le F. Polisario est si dépouillé d'initiative, qu'il se contente aujourd'hui de jouer au tour opérateur, en organisant des "circuits touristiques" aux ONG et aux amis du peuple sahraoui.
Les populations dans les camps de réfugiés, n'en peuvent plus de la passivité des dirigeants du F. Polisario au regard des principes qui ont donné naissance au mouvement du 20 mai 1973. Ces dirigeants sont réduits, en fait, à grignoter les miettes des acquis de l'idée originelle, pour laquelle tant d'hommes et de femmes sahraouis ont donné leurs vies, sacrifiés leur bien-être et bien sûr ceux de leurs enfants. Le plus triste, est que ce soi-disant leadership du F. Polisario essaie, encore aujourd'hui, de persuader un peuple sahraoui, devenu autiste, de l'inévitabilité de son indépendance. Le dernier congrès en est la preuve de cette réalité. Portant, les membres de "l'élite" acclamées lors ce congrès sont en fait ceux-là mêmes qui sont à la tête de ce mouvement depuis 37 ans.  Trente sept (37) ans de stratégie vacillante, devenue avec le temps stérile, entre les incertitudes de l'indépendance et la peur de perdre les acquis gagnés sur les étendus arides de l'Ehmada algérien.
Que reste t-il pour le peuple sahraoui à présent? Rien! Assister impuissant à un maraudage ou, dirais-je, à un tournement de vautours autour de sa monture, agonisante, vers la liberté et l'indépendance.
Le Maroc, quant à lui, est loin d'être dans une meilleure posture. Oui, il occupe le Sahara Occidental, mais à quel prix? Élevé selon plusieurs. Sa politique de trente sept (37) ans d'assimilation et de domestication des populations sahraouies est un échec. Les derniers événements de Gdeim-Izik sont là pour nous le rappeler. Sans oublier, en outre, la mobilisation autour de l'imbroglio relatif au retour, au Sahara Occidental, de l'activiste sahraouie Aminetou Haidar, où l'opinion publique nationale et internationale ont forcé le Maroc à faire marche arrière.
Sur le plan de la légitimité de son annexion, aucun pays au Monde, pas un seul, même parmi ses alliés les plus ardents (la France ou l'Arabie Saoudite), ne reconnait sa souveraineté sur ce territoire. Encore moins les Nations-Unies, qui dédaigne encore à lui accorder le statut de puissance administrative.
Certes, le Maroc a lancé l'idée de son "plan d'autonomie" au Sahara Occidental. Mais cette idée n'a jamais été suivie par une volonté de mise en œuvre sous une forme quelconque. Pour rappel, le "plan d'autonomie" du Maroc repose, entre autres, sur l'implantation d'un gouvernement autonome, avec un parlement régional, tous les deux responsables des leviers économiques, politiques, y compris la gestion des ressources du territoire et de sa sécurité. Il faut dire que ce plan, répond en partie à certaines revendications historiques du peuple sahraoui: la mise en place de ses propres institutions politiques et la gestion de ses ressources naturelles. Le problème, est non le moindre, c'est que le Maroc manque cruellement de conviction pour la réalisation de son plan. Pourtant, devant la passivité du F. Polisario, plusieurs hauts dirigeants de ce mouvement ont rallié le Maroc, espérant sans doute participer à la mise en place de son "plan d'autonomie". Rien n'y fait! En fait, le Maroc joue la carte du fait accompli, la carte de l'usure, la carte de l'écoulement du temps. Ce qui laisse à croire, à plusieurs, qu'il n'est pas de bonne foi dans sa démarche autonomiste.
Nous sommes donc, encore une fois, devant deux belligérants, taris d'idées, d'imagination, incapables, d'un côté comme de l'autre, d'imposer unilatéralement une solution, entièrement cantonnés et figés dans leurs positions respectives, lesquelles ne laissent aucune place au compromis.
Pendant ce temps, le peuple sahraoui, de part et d'autre de la frontière, piégé par les acteurs du conflits, souffre et continue de souffrir dans sa chair et de son sang de ce conflit. Après 37 ans d'attente, d'exil, de misère, de domestication, il est temps que les pays de la région s'impliquent, et s'appliquent, dans la foulée de la nouvelle dynamique géopolitique, en obligeant les parties de trouver une solution à ce conflit et, ainsi, endiguer ce cancer dont souffre la région du Maghreb.
Passer outre, comme le demande le Président tunisien, Monsieur Mohamed Moncef Marzouki, n'est pas la bonne chose à faire, encore moins, le bon message à envoyer aux parties et leurs alliés.
Le peuple sahraoui, le peuple oublié, a droit à sa chance de vivre en paix. Sa chance de sortir de cette situation chaotique, d'éparpillement de familles, de dépendance de l'assistance internationale, d'incertitude, d'exil, de répression, de l'indifférence des autres et de l'attente d'une solution qui n'arrive pas.
Le Maghreb arabe ne peut, et ne doit, être construit aux détriments des droits du peuple sahraoui à l'autodétermination. Que la solution soit à l'avantage de la position du Maroc ou celle du F. Polisario, il est temps que cette solution soit trouvée afin d'abréger les souffrances des sahraouis, souffrances, rappelons-le, devenues insupportables pour la conscience humaine.

Me Takioullah Eidda,
Avocat & Procureur, Québec, Canada.
quebec171[at]gmail.com
[publié dans les médias Mauritaniens CRIDEMhttp://cridem.org/C_Info.php?article=625994, AL AKHBAR & l'ANI, en marge de la visite du Président tunisien à Nouakchott]


--------------  Ce texte exprime l'opinion de l'auteur et n'engage pas les modérateurs du forum.
Share/Bookmark