5.11.10

Le 8 novembre

Par Haddamin Moulud Said, traduction par Niko
[original: EL 8 N par Haddamin Moulud Said]

Que cela soit le 3 ou le 8, le Front Polisario et le Maroc n’ont d’autre choix que de s’asseoir à la table des négociations. Ils n’ont d’autre choix que de le faire de bonne foi, de manière plus intensive et plus substantielle qu’auparavant, comme les y invite le Conseil de Sécurité notamment.
Le recul du 3 au 8 novembre n’est pas étranger à l’existence d‘une date importante dans l’agenda judiciaire marocain : le 5 novembre, où doit avoir lieu le procès du groupe des 7 de Salé. Il n’est pas impossible que ce qui se passe le 5 novembre soit le prélude à ce qui se passera le 8.
La menace qui s’alourdit sur les intérêts français dans le Sahel (uranium et autres) a conduit finalement la France à se rapprocher de la thèse centrale de Christopher Ross, selon laquelle « la prolongation du statu quo et l’absence de tout horizon de solution au Sahara Occidental constituent une série menaçante pour la stabilité de la région. »
Et la France, veillant à ses intérêts propres, n’a pas eu d’autre choix que d’entendre les appels de Ross et de rejoindre le groupe des pays qui font pression sur les parties pour qu’elles négocient plus sérieusement.
On se demande en effet jusqu’où les deux parties (ou l’une d’entre elles) pourraient continuer à esquiver les pressions internationales. Si l’on met dans la balance, d’un côté, toutes les forces de la Communauté internationale et, de l’autre, les résistances conjuguées des deux adversaires, il est évident que ces dernières ne pourront faire le poids. Et quand la situation géographique du conflit se trouve dans un certain périmètre où l’instabilité menace la paix globale, les pressions internationales se font plus fortes.
Aussi, tout paraît indiquer, cette fois, que le conflit est entré dans une phase de résolution sans retour.
Et si la pression interne (Gdeyam Izik) et la pression externe se maintiennent fermement, il est possible que nous entrions dans une dynamique des événements telle que la résolution finale du conflit soit sur le pas de la porte. Tout cela, au moins, sur le papier.
En tous cas, à la date d’aujourd’hui, il existe des indices permettant de penser que quelque chose a déjà été conclu. Que Ross, le Polisario et le Maroc savent que le 8 novembre, et les jours suivants, ils vont offrir quelque chose à la Communauté internationale.
Mais, après tant de tours, de remue-ménage, tant de pressions, quelle potion magique pourrait bien donner Christopher Ross aux deux parties pour qu’en la métabolisant elles ne retrouvent pas des forces pour résister encore mieux aux pressions ? […]
Il y a maintenant assez longtemps que la source inépuisable d’analyses, de réflexions et de prédictions sur le Sahara qu’est le grand Carlos Ruiz Miguel [souvent posté sur Arso, en espagnol seulement malheureusement] a dit que Ross apportait une proposition similaire à celle de James Baker. C’est-à-dire que la potion magique avec laquelle il prétend tartiner les deux parties est un onguent qui mélange autonomie et autodétermination.
Or, pour ce qui est de négocier un compromis d’autonomie et d’autodétermination, l’expérience négociatrice du Front Polisario, au lieu de nous rassurer, nous inquiète énormément, nous les Sahraouis. En effet, le Polisario a fait preuve d’une grande ingénuité ou d’une grande négligence lors des accords de cessez-le-feu de 1991, et au cours des accords postérieurs.
Cela lui fait obligation de donner des preuves d’humilité devant ses bases de militants. Et de promettre publiquement que la bonne foi et l’ingénuité qui l’ont conduit à négliger des aspects extrêmement importants lors des accords antérieurs ne l’aveugleront plus à cette occasion.
Il n’y a pas de doute que, dans tout accord ou contrat, le diable se cache dans les détails. L’expérience nous dit que le Polisario peut faillir justement là, par ingénuité ou négligence.
Et qu’est-ce qui nous pousse à être certain de la présence du diable dans ces négociations ? C’est très simple : le Maroc n’accepte aucun processus s’il n’est pas certain de pouvoir se défiler.
Aussi, dans la mesure où les Sahraouis acceptent le processus auquel les invite la Communauté internationale, et s’engagent à en respecter le résultat quel qu’il soit, les garanties que l’on attend des Nations Unies et des autres instances internationales doivent être directement proportionnelles à l’altération et à la modification que peut induire le processus dans notre situation individuelle et collective.
Autrement dit, on exige de la Communauté internationale qu’elle mette sur la table des garanties telles que, dans le cas où le processus n’aboutirait pas, on puisse revenir exactement à notre situation antérieure.
La Communauté internationale sera-t-elle suffisamment généreuse pour nous offrir de telles garanties ? Le Polisario sera-t-il capable de les rechercher et de les obtenir ?
Pour diriger son équipe de négociateurs, le Polisario semble avoir voulu se passer de symboles. En effet, Jatri Addouh, qui a été désigné pour en prendre la tête, manque de cette symbolique « polisarienne » qu’ont par exemple Brahim Ghali ou Mohamed Lamine Ahmed. La qualité éminente de Jatri Addouh, c’est d’être le président du Parlement de la RASD, soit, techniquement, le numéro 2 du pouvoir. Il semble qu’on ait voulu, ainsi, souligner la bonne foi des Sahraouis dans la négociation en faisant diriger l’équipe par un représentant de la RASD, et non du Polisario. En fait, l’équipe comprend des personnes qui ont la légitimité historique du Polisario, et d’autres qui représentent la légitimité démocratique de l’État sahraoui.
Si Jatri Addouh doit représenter la souveraineté du peuple sahraoui à ces négociations, il faut lui rappeler qu’on nous embarque dans un processus qui n’aboutira à l’autodétermination qu’après une période d’autonomie préalable de 4 à 8 ans, ce qui suppose de gros sacrifices.
C’est pourquoi nous exigeons des garanties proportionnelles à ces sacrifices:
1) D’entrée, nous démantelons la RASD. En conséquence, nous demandons à l’ONU, à l’Unité africaine et à la IVe Commission des Nations Unies des garanties solides. Nous ne démantèlerons pas nos Camps de réfugiés si nous ne voyons pas sur le terrain une MUNURSO réformée qui comprenne un corps important chargé non seulement de surveiller les droits humains mais de les protéger.
Nous ne démantèlerons pas davantage nos Camps de réfugiés si ne sont pas installés sur le terrain un bureau du Haut commissariat des Nations Unies pour les droits de l’homme (HCDH), autant de bureaux que les différentes ONG de défense des droits humains le désirent, une antenne du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), une antenne de l’UNESCO, et une autre qui s’occupe du contrôle et du suivi de l’utilisation des ressources naturelles du Sahara.
2) Nous démantelons l’armée sahraouie. En conséquence, nous exigeons la présence sur le terrain d’effectifs militaires (divisés à parts égales entre les casques bleus de l’ONU et les casques bleus de l’Union africaine) dont le nombre soit équivalent à celui des effectifs de l’armée démantelée.
3) Nous démantelons notre ministère des Affaires étrangères. En conséquence, nous exigeons la présence au Sahara de représentations de tous les États qui le souhaitent, sans qu’aucune des deux parties ne puisse s’opposer à la présence de tel ou tel État.
Nous exigeons la présence au Sahara de tous les moyens de communication qui désirent informer sur le territoire, sans qu’il y ait non plus possibilité de veto de l’une ou l’autre partie.
Nous exigeons la présence d’observateurs internationaux, sans limitation de nombre, de provenance, de genre ou de religion, et avec la même impossibilité de veto de l’une ou l’autre partie.
4) Pour finir, nous exigeons de la Communauté internationale qu’elle mette en place de telles garanties (en quantité et en qualité) que, si le processus auquel elle nous invite ne menait nulle part, nous puissions revenir à notre situation actuelle.
05.11.10
--------------Ce texte exprime l'opinion de l'auteur et n'engage pas les modérateurs du forum.
Share/Bookmark